Les différents types de bateaux de pêche en mer

technique de pêche en mer

Les différents engins pour la pêche en mer

Vous trouverez ci-dessous les types d’engins de pêche les plus courants utilisés par les pêcheries participant au programme MSC. Toute pêcherie qui capture des poissons et des fruits de mer sauvages peut être évaluée selon la norme de pêche durable du MSC (à l’exception des pêcheries qui pratiquent une pêche destructive, en utilisant du poison, généralement du cyanure, ou des explosifs). L’impact d’une pêcherie sur les habitats marins et les populations de poissons est toujours examiné par une équipe d’auditeurs indépendants.

Chaluts de fond

Le chalutage de fond, ou l’utilisation de chaluts de fond pour la pêche, est une pratique de pêche très courante utilisée dans le monde entier en raison de son efficacité à capturer un grand nombre de poissons.

Les pêcheurs utilisant le chalutage de fond peuvent utiliser plusieurs types d’engins, avec des filets qui ressemblent à un cône fermé dans lequel tombent les poissons. Les chaluts de fond sont remorqués sur ou près du fond par un ou deux bateaux et sont utilisés pour capturer les poissons vivant sur ou près du fond marin.

Les opérations de chalutage de fond ont souvent un impact sur les fonds marins, mais des modifications et une utilisation appropriées peuvent réduire leur impact sur l’environnement marin, permettant aux pêcheurs de pêcher de manière durable.

technique de pêche en mer

Les pêcheries du programme MSC qui utilisent le chalutage ont considérablement amélioré leurs pratiques de pêche. Il s’agit notamment de surveiller et de cartographier les zones de pêche, ou d’éviter de pêcher dans les zones d’habitats protégés et d’écosystèmes marins vulnérables. Le chalutage de fond est également interdit pendant le frai. L’impact du chalutage de fond sur les fonds marins peut également être réduit par diverses modifications de l’engin.

Filets fixes

Les épuisettes ressemblent à un « mur » ou à un « rideau » flottant dans l’eau. Parmi les filets de fond, on peut distinguer plusieurs types de filets : les filets – posés directement sur le fond, ancrés ; les manceaux – ancrés, flottant dans les profondeurs, au-dessus du fond ; les filets maillants flottants, flottant juste sous la surface de l’eau.

Les filets fixes ont généralement peu d’impact sur l’écosystème marin et un impact minimal sur les fonds marins. La taille des poissons capturés peut être déterminée en choisissant une taille de maille appropriée, ce qui empêche la capture de poissons juvéniles.

Palangres

Comme son nom l’indique, la palangre est un engin de pêche composé d’une ligne primaire à laquelle sont attachées des lignes supplémentaires, équipées de nombreux hameçons appâtés. Ces lignes peuvent être remorquées par les bateaux de pêche, mais aussi fixées au fond ou dans les profondeurs, et leur type, leur longueur et leur espacement dépendent de l’espèce pêchée.

L’utilisation de palangres exige une grande prudence en raison des prises accessoires d’autres espèces de poissons, d’oiseaux marins et de mammifères. C’est pourquoi les pêcheurs à la palangre qui demandent la certification MSC doivent apporter des améliorations à leurs pratiques de pêche. Il s’agit souvent de modifier la façon dont ils surveillent et atténuent les interactions avec les espèces non ciblées.

Circulaires

Les sennes coulissantes sont un type de filet de pêche utilisé en eaux libres par les pêcheurs ciblant les grands bancs d’espèces pélagiques comme le thon et le maquereau.

La prise se fait en entourant le banc de poissons d’un filet, qui est ensuite fermé par le bas. Le processus peut être comparé à la fermeture d’un sac ou d’un sachet en tirant sur les sangles.

La pêche à la senne en eaux libres est largement considérée comme une méthode de pêche efficace et sûre pour les écosystèmes marins. Les filets ne sont pas proches des fonds marins et la méthode présente un faible taux de prises accessoires.

Cependant, les pêcheries à senne coulissante certifiées MSC doivent s’assurer qu’elles laissent suffisamment de poissons dans l’océan pour que l’espèce puisse se reproduire. Pour cela, il faut utiliser des filets d’un maillage correct et capturer des poissons adultes. Les mailles doivent être suffisamment larges pour permettre aux petits poissons de nager librement hors du filet.

Pêche à la canne à pêche

La pêche à la canne à pêche est une méthode utilisée pour capturer le thon et d’autres grandes espèces pélagiques.

L’engin permet de capturer un poisson par canne. Lorsque les pêcheurs repèrent le banc de poissons qui constitue leur cible, ils se rassemblent à l’arrière d’un bateau de pêche spécial et versent de l’eau avec des appâts (généralement des sardines), créant ainsi l’illusion d’un banc de poissons que les thons chassent. À la poursuite des sardines, les thons attrapent tout ce qu’ils rencontrent sur leur chemin. Les pêcheurs lancent alors des cannes spéciales qui ressemblent à des cannes longues et fines. Ils sont fabriqués en bois ou en fibre de verre et sont munis d’une courte ligne à leur extrémité, qui se termine par un hameçon sans ardillon. Le poisson pris à l’hameçon est rapidement posé sur le pont et le pêcheur replonge la canne dans l’eau.

Les pêches à la canne certifiées, comme la pêche au thon aux Maldives, présentent de faibles niveaux de prises accessoires et le nombre de poissons capturés permet de maintenir des populations saines et durables.

technique de pêche en mer

Outils de piégeage

Les pièges spéciaux utilisés pour attraper les crustacés tels que les homards et les crabes sont généralement faits de bois, de grillage ou de plastique.

Bien que la taille et la forme des pièges puissent varier, ils comportent tous un tunnel d’entrée conique par lequel le crabe ou le homard appâté pénètre dans la cage, d’où il ne peut plus s’échapper.

Les pièges sont posés au fond de la mer, où ils restent environ 24 heures avant d’être ramenés au bateau pour recueillir les crustacés et fixer à nouveau l’appât. Ils peuvent être posés individuellement, mais le plus souvent les pêcheurs les posent en ligne, en attachant tous les pièges à une longue ligne.

Les pêcheries certifiées aux pièges, telles que les pêcheries de homard de Normandie et de Jersey, utilisent des pièges dont les mailles permettent aux plus petits individus de s’échapper librement. D’autres, comme la pêche au homard en Australie occidentale, utilisent un dispositif spécial appelé « Sea Lion Excluder » (SLED), qui empêche les jeunes otaries de pénétrer dans les pièges tout en permettant la capture des homards (ce qui réduit à zéro les prises accessoires d’otaries).

Chaluts pélagiques

Les chaluts pélagiques sont des filets en forme de cône fermé dans lesquels les poissons sont capturés. Les chaluts pélagiques sont généralement beaucoup plus grands que les chaluts de fond.

Ils sont utilisés pour capturer des espèces telles que le hareng, le maquereau ou le mirin en haute mer. Ils sont généralement remorqués par deux navires. Des dispositifs acoustiques spéciaux sont utilisés pour localiser l’emplacement du poisson cible afin de pouvoir ajuster la trajectoire des navires et la profondeur du chalut.

Les chaluts pélagiques sont des engins de pêche qui ne touchent ni n’affectent les fonds marins. Les espèces non ciblées (prises accessoires) sont parfois capturées dans le chalut. Les pêcheries de chaluts pélagiques certifiées MSC prennent donc des mesures pour minimiser les prises accessoires. Pour ce faire, on utilise des mailles spéciales, des dispositifs d’exclusion et des moyens de dissuasion acoustiques (pingers).

Les différents types de bateaux de pêche en mer
Retour en haut